Gesneria odontophylla, une espèce endémique en voie d'extinction

Ce fut le 26 juin 1928 que Dr. Erik Ekman a débarqué dans le département de la Grand’Anse pour collecter des spécimens d’herbier afin de les envoyer à son professeur Ingnace Urban à Stockholm en Suède ( Jestor). Le 28 juin 1928, il l’a collecté sans organe floristique dans la localité de Fond Cochon. Ils ont donné à ce spécimen stérile le nom G. odontophylla. En janvier 2015 soit 87 ans après, John Clack accompagné de William Cinéa ont trouvé un seul individu avec présence de fleurs à Fond Cochon. Pour la première fois, le monde scientifique a vu cette superbe fleur. Très appréciée par les producteurs de Gesnerias aux États-Unis.



C’est un arbuste de trois à cinq mètres de hauteur appartenant à la famille des Gesnériacées. Il s’agit de l’un des plus grands arbustes de cette famille à travers le monde. Ses feuilles sont dentées, d’où, probablement l'origine de son nom G. odontophylla. Elle donne de grandes fleurs jaunes et noires en janvier. Jusqu’à présent nous n’avons aucune information sur les fruits. C’est une plante de basse altitude qu'on trouve entre 290 à 300 mètres au-dessus du niveau de la mer.


Son habitat est sévèrement dégradé par des coupes d'arbres non contrôlées. En 2015, la plante était en très bonne santé. Cependant, l’Ouragan Matthew qui a frappé le département en 2016 l’a saccagé la ainsi que son écosystème. Le 16 juin 2020 l’Équipe du Jardin botanique des Cayes s’est rendue sur le terrain pour évaluer la situation de l’espèce et beaucoup d’autres aspects. En termes de résultats cinq individus en situation de détresse ont été recensés.



G. odontophylla ne bénéficie d’aucun type de conservation in situ ou ex situ. Elle ne se trouve pas dans une aire protégée ni sur une liste patrimoniale à conserver. Elle n’est pas encore évaluée selon les critères de l’UICN pour déterminer son statut. Cependant, elle devrait être sur la liste rouge dans la catégorie en danger critique.


Conscient de la valeur et de l'importance de cette plante, et consterné par la dégradation de son habitat et le manque d’actions de conservation, le Jardin Botanique des Cayes, se fait le devoir de partager les résultats de ses recherches sur les espèces en voie de disparition dans le but d'interpeler la conscience de tous les scientifiques, les haïtiens engagés et les dirigeants du pays sur l’urgence de procéder à leur évaluation et de proposer des plans de sauvetage.


C. odontophylla n’est pas la seule plante se trouvant dans cette situation, elles sont nombreuses à être dans le besoin d'être protégées et conservées.

Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square