Stage de formation au JBC, un processus d'orientation vers le développement durable

En Haïti, l’agriculture reste et demeure un enjeu majeur du développement durable pour tous les acteurs intervenant dans le secteur agricole. En ce sens, les responsables des différentes facultés d’Agronomie particulièrement et des autres domaines d’études connexes se montrent très soucieux de la formation de leurs étudiants quant à la compréhension, la maitrise des techniques impactant l’économie des agriculteurs, le milieu, et l’amélioration des conditions de vie de la population en général. Ainsi, ils visent à :



• Mettre sur le terrain des professionnels compétents capables de faire valoir leur savoir-faire et deviennent ainsi des agents de marketing pour de leur institution.

• Constater sur le terrain des pratiques agricoles qui tiennent compte du respect des normes environnementales pour une bonne gestion des ressources naturelles tout en garantissant un rendement pouvant répondre à la sécurité alimentaire de la population.

Pour atteindre ces objectifs, ces acteurs confrontent à d’énormes difficultés. Parmi lesquelles, on peut citer :

• Manque de mixage entre la théorique et la pratique des cours.

• Manque d’adaptation des cours par rapport au nouveau contexte mondial sur le plan environnemental

• Faible réalisation des activités pratiques liées au développement durable.

Ces difficultés rencontrées ont des impacts négatifs sur le niveau d’apprentissage des étudiants qui se traduisent, tout d’abord par une :

1. Faible assimilation théorique des matières ;

2. Mauvaise compréhension des cours;

3. Une incapacité d’appliquer efficacement leur connaissance sur le terrain.



Ensuite, en se basant sur la seconde allégation, on trouve que :

1. Les étudiants sont dans la majorité des cas ne sont pas informés des accords signés des conventions et les nouvelles orientations mondiales en matière de conservation des ressources naturelles ;

2. Les structures régulatrices ne sont pas toujours aptes à faire respecter les normes environnementales.


Se basant sur la troisième allégation, on observe que :

 Les activités agricoles implémentées sur le terrain ne visant que l’économie des agriculteurs, mettent de côté les normes respectant les principes de conservation ;

 Les pratiques utilisées sont dans la majorité des cas non conversationnistes, provoquent la mise en péril la durabilité écologique et menacent la biodiversité.


Beaucoup pensent que ces problèmes n’ont pas d’impact négatif sur la vie professionnelle des étudiants, sur l’environnement et sur la gestion des ressources naturelles mais d’autres croient le contraire. Ainsi, il est nécessaire de permettre aux jeunes cadres et étudiants de participer à des stages de formation qui tiennent compte des principes du développement durable.

Conscient de cette situation, au niveau du JBC, les responsables développent un service de «stage de formation». Cette section fonctionne depuis plus de 5 ans et reçoivent près de 400 étudiants chaque année. Les témoignages des participants sont énormes.

Pour participer à cette catégorie de stage, il faut :

a. Etre un groupe de 25 participants au minimum et 60 au maximum.

b. Contacter la direction du Département d’Education Environnementale (DEE) du Jardin pour les suites nécessaires.

Après avoir bouclé les différentes étapes nécessaires, un accord doit être signé entre le responsable du stage et la Coordination du Jardin sur les différentes modalités à respecter au cours de la période.

Ce stage est la solution du problème de l’incompréhension du développement durable chez les professionnels.


« SAUVONS NOTRE AVENIR PAR UNE EDUCATION ENVIRONNEMENTALE ADEQUATE »

Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square