Trois (3) raisons d’encourager la formation environnementale au niveau des OCB

Trois (3) raisons d’encourager la formation environnementale au niveau des Organisations Communautaires de Base (OCB)


Haïti fait partie des pays où beaucoup d’ONGs et d’autres institutions interviennent dans le domaine environnemental. Dans leurs interventions, elles utilisent les OCB comme opérateurs de terrain. Ces derniers jouent un rôle essentiel dans la gestion du milieu. Ainsi, avec les nouvelles orientations mondiales pour la sauvegarde de la biodiversité et la restauration des écosystèmes, ces structures locales méritent d’être sensibilisées, informées et formées sur des notions spécifiques relatives à la flore indigènes, la biodiversité et la restauration des écosystèmes. De ce fait, le Jardin Botanique des Cayes (JBC) à travers son Département d’Education Environnemental (DEE) apporte à votre appréciation, trois (3) raisons fondamentales pour lesquelles la formation environnementale relative à la biodiversité au profit des OCBs doit être encouragée.



a. Depuis l’année 2002, la Stratégie Mondiale pour la Conservation des Plantes (SMCP) a été développée. Son premier but est que «la biodiversité floristique soit bien comprise, documentée et reconnue». En dépit de l’existence de cette stratégie, les OCBs par un manque de compréhension et d’appréciation des espèces indigènes ont tendance à les éliminer pour les remplacer par celles qui sont exotiques. Pourtant ces dernières, dans la plupart des cas deviennent préjudiciables à l’environnement.

b. Haïti représente le 2ème pays le plus riche en termes de biodiversité floristique après Cuba au niveau de la Caraïbe. En effet, l’île possède près de 4 612 espèces de plantes vasculaires natives et endémiques qui méritent d’être protégées (AVECEDO, 2012). Un certain nombre d’entre elles se trouvent déjà sur la liste rouge. A titre d’exemple, on peut citer le Clavédia domigensis, le Cordia tortunensis, le pseudophenix lediniana.

c. Au cours de l’année 2019, les nations unis ont pris la décision de déclarer la période allant de 2021 à 2030 «Décennie de la restauration des écosystèmes». Généralement, les OCBs jouent le rôle d’acteurs primaires en matière de gestion des agroécosystèmes. Comment peut-on parler de leur restauration sans permettre à ces acteurs d’avoir une meilleure compréhension de leur responsabilité dans tout le processus ?



La flore indigène haïtienne est l’une des plus grandes fiertés du pays. Cependant, son importance n’est pas bien comprise par divers acteurs intervenant dans le domaine environnemental.

Le JBC développe des modules de formations relatives à l’environnement au profit des membres des OCB et cherche des partenaires soucieux de l’enjeu majeur qu’est la gestion de la biodiversité floristique et la restauration des écosystèmes du pays.

« Sauvons notre avenir par une éducation environnementale adéquate».



Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square